SONS  ET MANTRAS

•Personne ne peut expliquer complètement le mystère des mantras. Leurs sons magiques aident à guérir et à calmer les émotions et à ouvrir le cœur. Ils stimulent, activent, motivent et font rajeunir. Ils nous aident à danser ou dormir, à rire ou pleurer, à méditer ; ils transforment des tâches ennuyeuses en autant d’occasions de plaisir joyeux.

•Il existe différents types de mantras : les mantras universels et les mantras individuels. Les premiers sont réputés (la Guayatri), certaines traditions les ayant retenus dans leur pratique de méditation et de contemplation. Certains sont courts comme « so ham », ils sont destinés à tout le monde et particulièrement à ceux qui aspirent à une meilleure compréhension de la personnalité mentale, subtile et psychique.

•Quant aux mantras individuels dont l’utilisation répond aux besoins du pratiquant, le yoga les a classés en 2 catégories : les « beeja mantras », formés d’une seule syllabe et ceux qui sont constitués d’un enchaînement de plusieurs sons. Différentes traditions ont créé les leurs, afin d’éveiller certains centres ou de développer une capacité mentale particulière. Par exemple, les mantras tantriques « hreem » et « kleem » sont des assemblages de consonnes et de voyelles qui induisent un changement dynamique dans la structure énergétique de la personnalité Les mantras védiques et védantiques, tel que « Aham brahmasmi » modifie l’état de conscience habituel et provoque un retrait des sens, par le fait qu’ils intériorisent les facultés mentales.

•Les mantras chantés sont appelés des kirtans mantras » : La guérison par la pratique est souvent évoquée : des sons inspirés créent des pensées, sentiments et actions inspirés. On a encore beaucoup à apprendre pour savoir comment des sons ayant leur source dans un état de conscience inspiré peuvent élever la conscience ordinaire. Il est sûr que les mantras produisent des changements électrochimiques bénéfiques en stimulant des centres nerveux dans le palais et le crâne, mais aussi dans l’abdomen et la poitrine. Ils font vibrer leurs messages directement à travers le système nerveux vers le monde extérieur. La sensation de bien être et de paix qui en résulte est indéniable. Même si la vibration sonore dans le corps est déterminante, je vous propose la traduction de certains mantras, leurs origines et leurs symboliques :

1 – Remerciements à l’énergie créatrice –Pour la paix avec la Mère : JAYA JAYA DEVI MATA NAMAHA (2 fois) .

•But : pour honorer lea Déesse qui est source de toute vie. Ce chant veut dire : « Déesse Mère, Alléluia »

•Mythologie : Au commencement des Temps, la Grande Déesse s’étendit auprès de son Bien-aimé Dieu, et de leur union extatique elle conçut et donna le jour à l’univers entier. De la divine Mère sortit avec force tonnerre la matière des étoiles, des galaxies en rotation, les planètes en orbite autour des soleils et les lunes avec les différentes phases de leur cycle.

« Deva chéri », dit-elle « J’ai créé un univers vivant d’êtres aux noms innombrables ». La déesse mère Devi Mata se blottit contre son bien aimé et sourit de satisfaction. 

Histoire : Il y a trente cinq mille ans de cela, alors que les températures commençaient à chuter et que de grandes nappes de glace glissaient lentement vers le Sud, nos ancêtres furent guidés par des chamans et des prêtresses qui leur enseignèrent les mystères de la déesse (Starhawk 1979 ».

La grande Mère, Lumière du monde, fut la divinité la plus ancienne et la plus largement vénérée dans l’histoire humaine ; elle le fut dans toutes les cultures indo-européennes pendant des millénaires avant l’apparition des cultes patriarcaux. On l’appelait Astarte en Phénicie, Ishtar à Babylone, Kali en Inde, Gaïa en Grèce. Pour les Saxons, c’était Ostara, pour les Norvégiens : Freya ; pour les Egyptiens : Isis.

Elle était toute à la fois vierge, épouse, mère, prostituée, sorcière et vieille femme. ‘Elle connaissait le lcôté sombre de la Lune comme sa poche. Elle y faisait ses emplettes «  (Robbins 91). Les hommes fougueux et passionnés lui étaient dévoués. Les hommes sages savaient qu’ils avaient un nombre lnfini de rôles à jouer face à son infinie diversité : soupirant de la jeune fille, époux de l’initiatrice, serviteur de la vieille femme, etc…

La déesse Sagesse enseigne que toutes les femmes personnifient la Divine Mère et que seuls des hommes remarquables deviennent des géants dans la spiritualitgé. « Le si faible nombre de femmes célèbres connues comme guides spirituels ne serait-il pas dû au fait que les hommes sont en quête de ce que les femmes ont déjà obtenu ? » (Henri Marshall)

« Heureusement, aujourd’hui, on redécouvre la Déesse pour l’immense bénéfice des hommes comme des femmes » (HM).

 

2 – Pour la joie de la gratitude, pour le pardon : DHANYAVAD DHANYAVAD DHANYAVAD ANANDA =  Remerciements bénis (2 fois), félicité. A chaque instant de la vie, nous sommes soit dans la reconnaissance, soit dans la plainte ! Le sentiment de gratitude provoque un changement immédiat et positif dans la chimie interne du corps qui enclenche le processus de guérison et de pardon. Alors qu’il y a tant de souffrance et de douleur dans le monde, il est important de se concentrer consciemment sur les raisons d’être reconnaissant…

« Chantez ce mantra avec amour et gratitude dans votre cœur et ces sentiments vont grandir, vous inonder et guérir vos peines, vous aider à pardonner et vous combler de bénédiction » (Henri Marshall)

 

3 – La Guayatri : Ce mantra relie notre sensibilité à la Source de la lumière. Le chant de la guayatri nous fait passer du visible à l’invisible : « On ne voit bien qu’avec le cœur » (St Ex). Ce chant évoque la réalité lumineuse de l’univers. La traduction de Désikachar révèle l’importance de ce mantra : « Hommage soit rendu à la terre, à l’espace intermédiaire et au ciel, tout ceci est empli de lumière, cette lumière est d’origine Unique, puissions-nous en être conscient » = OM BHUR BHUVAH SVAH TAT SAVITUR VARENYAM BHARGO DEVASYA DIMAHI DHIYO YONAH PRACHODAYAT 

 

4 – Pour la puissance et pour éprouver de la reconnaissance envers l’énergie féminine (shakti) : SHAKTI SHAKTI DHANYAVAD (x2), SHAKTI SHAKTI ADI SHAKTI DHANYAVAD ; Ce mantra célèbre la qualité fondamentale  de la déesse. Pour H.M, «  ce pouvoir divin est à l’œuvre dans toute vie, et il est particulièrement important de l’honorer chez les femmes, comme manifestation de la divinité féminine ». Quand les hommes commencent à reconnaître et à honorer le pouvoir des femmes, et que les femmes se soutiennent et se respectent mutuellement, nous pouvons construire cet équilibre si essentiel pour une société meilleure et plus solidaire.

5 – Pour la vérité, la lumière et l’immortalité : OM ASATOMA SADGAMAYA, TAMASOMA JYOTIRGAMAYA, MRITYORMA AMRITAMGAMAYA : Ce mantra d’après la tradition védique assiste l’âme au cours des transitions majeures : de cette vie à la prochaine ; pour accueillir un nouveau bébé dans ce monde ; pour commencer une nouvelle phase de vie. Il signifie : « Conduis-nous de la non vérité à la vérité, des ténèbres à la lumière, de la mort à l’immortalité. »

 

6 – OM DUM DURGAYAI NAMAHA, OM KREEM KAALIKAYAI NAMAHA : Pour dépasser la négativité, la maladie et les insomnies. « Pouvoir de la déesse qui nous protège de toute atteinte des démons… salut. Pouvoir de la déesse qui détruit les angoisses, les troubles du sommeil… salut. » Fermez les yeux et chantez ce mantra en visualisant que toute forme de maladie dans votre corps est détruite par des cellules saines et puissantes et le pouvoir de ce mantra vous apparaîtra de façon évidente ! Les accents triomphants de ce mantra provoquent une puissante stimulation émotionnelle et spirituelle qui renforce le système immunitaire, chasse les soucis de la tête et emplit la conscience d’un sentiment de sécurité invulnérable.

 

-7 – La vue et la perspicacité : OM CHAKSUHU, CHAKSHUHU, CHAKSHUHU/ TEJAHA STHIRO BHAVA/ NAM PAHI PAHI/ SVARITAM/CHAKSHU-ROGAAN/SHAMAYA SHAMAYA / Mantra provenant de la « chakshusha Upanishad » : Traduction : « Au nom divin, je t’invoque, Ô Déesse du soleil/Ta lumière éclaire mes pupilles/Tu veilles sur ma vue/ Ô délivre moi/ Que ta volonté dissolve maintenant les ténèbres de mes yeux/ Guéris mes yeux, guéris mes yeux » (36 répétitions) ». En plus de rendre la vue, il irradie la sagesse accédant à la clarté intérieure. La concentration sur la vérité essentielle prend le pas sur le superficiel.

 

8 – YA DEVI SARVA BHUTESHU/ BUDDHIRUPENA SAMSTHITA  NAMASTASYEI NAMASTASYEI/NAMASTASYEI NAMO NAMAHA :   Pour développer son intelligence. D’après Henri Marshall, ce mantra évoque l’esprit de la Déesse de la Sagesse. Il signifie : « salutations à la divine Déesse qui se manifeste sous forme d’intelligence chez tous les êtres. Salutations, salutations, salutations. »

Mythologie : un jour, un savant fier et respecté était en voyage. Dans les profondeurs de la forêt, il rencontra une femme et fut hypnotisé par sa beauté. Quand il fixa son regard sur ses yeux, il fut si interdit qu’il ne pouvait plus penser. Au bord de la panique, il réussit à dire : » belle femme, libère-moi de ton sortilège. J’ai oublié tout mon savoir. Je suis perdu ». Elle ne tint aucun compte de sa supplique, et, de façon très terre à terre, l’enjoignit de regarder sa poitrine. La tête lui tournant, il s’exécuta. La peau blanche laiteuse devint translucide, émettant une lumière provenant de l’intérieur du coeur. Au fur et à mesure que la lumière devenait plus vive, il vit que dans sa poitrine se trouvaient tous les dieux et déesses et toutes les galaxies de l’univers. Transporté, il tomba à ses pieds et supplia : « divine déesse, s’il te plaît, dis-moi qui tu es afin que je puisse t’adorer ». Avec un sourire de compassion, elle le bénit et dit : « je suis Gayatri, la lumière des Védas, la Mère de l’univers ; la Source de tout ». De cette initiation, le sage, tel un enfant, gagna la sagesse de l’humilité. Il devint un grand dévot de la Divine Mère et un serviteur de toute l’humanité.

 

LE MANTRA YOGA

Les Mantras utilisés dans les traditions sont nombreux. Man = processus de contemplation, Tra = expansion, libération. Un mantra est un son, un mot, une phrase que l’on répète de nombreuses fois pour imprégner le subconscient d’un sentiment, d’une idée que l’on désire voir se réaliser.

Le mantra agit sur le plan physique par une remontée régulière du diaphragme qui masse le plexus solaire, une expiration lente et complète, une rétention prolongée de l’air dans les poumons et les effets vibratoires du son. Chaque voyelle fait vibrer un endroit précis du crâne, du thorax ou de l’abdomen :

A –le haut des poumons / E – la gorge et la glande thyroïde / I – le larynx, le nez et la tête / O- Le cœur et le diaphragme / U – l’estomac, le foie et le bas ventre. 

Sur le plan psychique, il calme l’agitation du mental. C’est une force contenue dans un son ; associé à la pensée qui est aussi une force, il en devient d’autant plus créatif. Concentrer la pensée sur une idée, un but précis, l’appuyer par un mantra, c’est vraiment réunir toutes les conditions de la réussite.

Le son, étant essentiellement vibration, est de même nature que le dynamisme vibratoire qui crée (ou détruit) l’univers. La vibration libère l’énergie (influence du son sur la croissance des végétaux : expérience faite avec le son OM).

Il y a des mantras de signification universelle : chanté par tous mais sans adhésion profonde, sans un certain engagement spirituel, le mantra demeure inefficace. Son effet demeure lié au degré d’évolution du pratiquant. A travers le mantra, nous nous recentrons, nous nous intériorisons.

Les mantras ont le privilège de ne faire appel ni à l’émotion, ni à la sensibilité mais maintenant le psychisme en état de neutralité, ils sont un facteur puissant d’évolution spirituelle.

Un mantra personnel : les qualités et les sentiments s’expriment par des mots ; si l’on désire améliorer ses qualités physiques et mentales, on peut s’identifier à ce que l’on veut être et rayonner et en faire son mantra personnel en choisissant par exemple ml3 mots correspondants : beauté – santé – force – joie – paix – bonheur – amour – etc…

Les mantras utilisent le plus beau des instruments de musique : LA VOIX HUMAINE QUI EMPLIT DE SON CHANT LE TEMPLE QU’EST LE CORPS ;

 

A propos

Jeannot, enseignant de yoga (formation André Van Lysebeth), affilié à la FIDHY (fédération inter-enseignements de hatha-yoga)