Visio-conférence RVHY du 13 février 2021

Notre visio-conférence a permis de nous réconforter dans notre pratique ou absence de pratique liée à la situation délicate (coronavirus) que nous vivons tous.

Après les présentations, nous nous sommes exprimés sur notre vécu en précisant les modifications nécessités par la gestion sanitaire et pour certains des innovations dans les séances collectives lorsqu’elles avaient lieu.

Il y a eu aussi parfois des séances individuelles ou en petit groupe avec un protocole précis dans les maisons de retraite. Dans certains Ehpads, il y a eu purement et simplement une annulation, mais heureusement pas partout. C’était souvent lié à une « contamination importante ».

Le protocole dans les groupes était souvent de diminuer de moitié le groupe en respectant la distance d’un mètre cinquante lorsque les séances collectives pouvaient avoir lieu.

Si la pratique a pu perdurer, c’était en s’adaptant. Certains enseignantes ont pu mettre en place des séances individuelles, mais dans les maisons de retraite, ce n’était pas possible.

C’est l’adaptation qui était nécessaire pour ne pas renoncer.

Lorsque le travail individuel est possible, une proposition de pratiquer une séance alitée peut être l’occasion de maintenir le lien pour les pathologies importantes. Une pratique sera proposée et insérée sur notre site.

En termes de propositions, de témoignages, il nous faut utiliser la page réservée aux enseignants pour que la reliance ne soit pas un vain mot et pouvoir ainsi en décrivant nos difficultés partager et échanger ; par exemple, Anne-Catherine a demandé une pratique sur le yoga des yeux. Pour diffuser cette pratique, il conviendrait d’échanger avec les enseignants pour aboutir à un petit texte à insérer sur notre site.

Nous pouvons dire que notre pratique a été mis à mal en cette période, mais de garder notre motivation et notre engagement vis-à-vis des pratiquants doit rester un objectif essentiel afin de maintenir à l’égard de nos aînés ou personnes à lourde pathologie une pratique vivante.

Notre action en yoga a été fortement diminuée, elle implique d’observer de façon calme et détachée (pas facile) pour pouvoir agir et discerner.

Quant à l’état de stress post traumatique vécu par certaines personnes, peuvent se développer de l’anxiété avec des pensées intrusives, des angoisses…

Nous nous devons plus que jamais de continuer à développer une pratique bienveillante en associant le travail sur la respiration, les mouvements et les sons sachant que le chant est un bel outil. Une personne déprimée aura beaucoup de mal à chanter,

La  visio conférence est proposée par certains enseignants, et la notre nous a redonné un plus grand moral, et la « pêche » pour continuer avec une proposition de se revoir en juin. Et bien sûr de prévoir une belle assemblée générale en 2022.

Restons reliés et confiants pour faire passer un message de paix et de calme intérieur entre nous et nos pratiquants.

Merci à toutes et tous

Jeannot,

A propos

Jeannot, enseignant de yoga (formation André Van Lysebeth), affilié à la FIDHY (fédération inter-enseignements de hatha-yoga)